Les enfants atteints d’incapacité grave : sujets de la première enquête spéciale de l’ombudsman

Les enfants atteints d’incapacité grave : sujets de la première enquête spéciale de l’ombudsman

avril 25, 2005

25 avril, 2005

L’Ombudsman de l’Ontario, André Marin, a annoncé la création d’une nouvelle équipe d’intervention spéciale de l’ombudsman, ainsi que le lancement de sa première enquête d’envergure, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue un peu plus tôt aujourd’hui.

TORONTO (le 25 avril 2005) – L’ombudsman de l’Ontario, André Marin, a annoncé la création d’une nouvelle équipe d’intervention spéciale de l’ombudsman, ainsi que le lancement de sa première enquête d’envergure, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue un peu plus tôt aujourd’hui.

Monsieur Marin a déclaré que l’objectif premier de son enquête sera de déterminer si les parents d’enfants atteints d’incapacité grave sont forcés de les laisser à la garde des Sociétés d’aide à l’enfance pour que ceux-ci reçoivent les soins dont ils ont besoin. Le ministère des Services à l’enfance et à la jeunesse a déclaré qu’il n’a jamais forcé, et ne forcera jamais, des parents à renoncer à la garde d’un enfant pour qu’il puisse bénéficier des services de soutien relatifs aux besoins particuliers.

Monsieur Marin, qui a pris ses fonctions le 1er avril 2005, a dit : « Mon enquête déterminera si des parents ont été mis dans une situation intolérable où ils ont dû choisir entre conserver leurs droits parentaux ou obtenir des soins en établissement pour leurs enfants atteints d’incapacité grave. J’ai l’intention de recourir aux vastes pouvoirs qui me sont conférés durant cette première enquête de l’équipe d’intervention spéciale de l’ombudsman qui a été nouvellement créée. »

Monsieur Marin a plaidé auprès du public, lui demandant de communiquer tout renseignement qui pourrait contribuer à l’avancement de son enquête.

« Nous voulons tout particulièrement recueillir le témoignage de familles qui ont pu se trouver dans une situation intenable où ils se voyaient forcés de renoncer à la garde de leurs enfants pour leur assurer des soins convenables », a-t-il déclaré.

En raison du caractère impérieux et du grand nombre des plaintes qu’il a reçues, Monsieur Marin a souligné que ce problème est crucial et exige une enquête spéciale approfondie.


Pour plus de renseignements, communiquer avec :
Gail Scala, Chef de service, Communications
Ombudsman Ontario
416 586-3402