L’Ombudsman évalue de nouvelles plaintes sur la manière dont l’OPP traite les blessures liées au stress opérationnel et les suicides chez les policiers

L’Ombudsman évalue de nouvelles plaintes sur la manière dont l’OPP traite les blessures liées au stress opérationnel et les suicides chez les policiers

septembre 18, 2018

18 septembre, 2018

L’Ombudsman de l’Ontario, Paul Dubé, a demandé à son personnel d’évaluer de nouvelles plaintes et de nouveaux problèmes liés aux suicides et aux blessures de stress opérationnel chez les policiers de la Police provinciale de l’Ontario, pour déterminer si une enquête de suivi est justifiée ou non.

TORONTO (18 septembre 2018) – L’Ombudsman de l’Ontario, Paul Dubé, a demandé à son personnel d’évaluer de nouvelles plaintes et de nouveaux problèmes liés aux suicides et aux blessures de stress opérationnel chez les policiers de la Police provinciale de l’Ontario, pour déterminer si une enquête de suivi est justifiée ou non.

« Ayant appris récemment le suicide tragique de trois autres policiers de l’OPP, je me suis demandé s’il était temps pour mon Bureau de faire un suivi de notre enquête systémique de 2012 », a dit M. Dubé. « Nous avons commencé les recherches préliminaires et nous encourageons les personnes touchées par les blessures de stress opérationnel à l’OPP à nous faire part de leurs histoires, alors que nous préparons le terrain pour une enquête éventuelle. »

En 2012, le Bureau de l’Ombudsman a mené une enquête systémique approfondie sur la façon dont l’OPP et le ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels traitaient les blessures de stress opérationnel chez les policiers. Le rapport de 155 pages qui en a résulté, intitulé Dans le feu de l’action, a révélé que le nombre de policiers qui s’étaient suicidés durant les 23 années précédentes était supérieur à celui des policiers tués dans l’exercice de leurs fonctions.

L’OPP et ministère avaient alors accepté chacune des 34 recommandations du rapport, y compris celles qui enjoignaient l’OPP de renforcer ses programmes de soutien et d’aide aux employés, d’orienter immédiatement les policiers et les familles ayant besoin d’aide vers les services voulus, et de recueillir des données sur les demandes de règlement liées aux blessures de stress opérationnel et aux suicides.

« Nous avons été en contact avec les dirigeants de l’OPP et du Ministère, et nous savons que le Commissaire de l’OPP a annoncé un examen interne sur la santé mentale, mais je pense que tout le monde s’entend à dire que cette question de vie ou de mort est d’une importance cruciale; on ne peut pas être trop nombreux à chercher des solutions à ces problèmes », a dit M. Dubé. « L’évaluation comprendra des entretiens avec les plaignants, les dirigeants de l’OPP et du Ministère, les associations de policiers et d’autres sources. »

Quiconque a des renseignements pertinents sur la question est prié de communiquer avec le Bureau de l’Ombudsman en envoyant un formulaire de plainte en ligne, au téléphone (1-800-263-1830) ou par courriel (info@ombudsman.on.ca).

Si une enquête est ouverte, l’OPP et le ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels seront avisés et l’Ombudsman annoncera cette enquête publiquement. L’évaluation sera effectuée aussi rapidement que possible, a dit M. Dubé.

L’Ombudsman est un officier indépendant et impartial de l’Assemblée législative, qui examine et règle plus de 20 000 plaintes du public par an au sujet de la conduite administrative des organismes du gouvernement provincial, des municipalités, des universités et des conseils scolaires.


Pour plus de renseignements, communiquez avec :
Linda Williamson, Directrice des communications
lwilliamson@ombudsman.on.ca - 416-586-3426