présomption

FILTRER PAR:

Ville de Petrolia

mai 22, 201822 mai 2018

L’Ombudsman a examiné des réunions à huis clos tenues par le conseil de la Ville de Petrolia en vertu de l’exception des relations de travail ou des négociations avec les employés. L’Ombudsman a conclu que la municipalité n’était pas en droit de tenir un huis clos pour assister à une présentation sur une proposition concernant son centre communautaire, en s'appuyant sur le simple fait que la question pourrait mener à des présomptions quant aux répercussions de cette proposition sur des employés actuels. Le conseil n’a discuté ni de renseignements de travail ni d'employés durant la présentation. Les exceptions ne s'appliquent ni aux discussions sur des renseignements de nature délicate, ni aux renseignements qui pourraient mener le public à avoir des présomptions quant à des renseignements par ailleurs confidentiels.

Ville de Timmins

mai 09, 201709 mai 2017

L’Ombudsman a examiné une réunion à huis clos tenue par le conseil de la Ville de Timmins en s’appuyant sur l’exception des litiges actuels ou éventuels pour discuter d’un projet d’approvisionnement ouvert. La municipalité a tenu la réunion à huis clos car elle craignait qu’un soumissionnaire non retenu n’intente des poursuites judiciaires contre elle. L’Ombudsman a conclu que l’exception des litiges actuels ou éventuels s’applique au contexte d'une prévision de litige lorsqu’il y a plus qu’une possibilité lointaine de litige, bien qu’il ne doive pas y avoir forcément une certitude de litige. Certes, il n'est pas inhabituel que des soumissionnaires non retenus à la fin d’un processus d’approvisionnement intentent des litiges mais, dans ce cas, la crainte de la municipalité reposait sur une présomption. Par conséquent, l’Ombudsman a conclu que la discussion ne relevait pas de l’exception des litiges actuels ou éventuels.

Canton de Russell

mai 03, 201703 mai 2017

L’Ombudsman a examiné une réunion à huis clos tenue par le conseil du Canton de Russell pour discuter de droits d'appellation d’une nouvelle installation sportive, en invoquant l’exception des litiges actuels ou éventuels. L’Ombudsman a conclu qu’il n’y avait aucune preuve que le conseil songeait à des litiges en cours ou avait envisagé de façon réaliste une procédure judiciaire. Ce n’était donc que simple présomption. Par conséquent, l’Ombudsman a conclu que la discussion ne relevait pas de l’exception des litiges actuels ou éventuels.

Ville de Midland

juin 03, 201603 juin 2016

L’Ombudsman a examiné une réunion à huis clos tenue par le conseil de la Ville de Midland pour discuter d’options relativement à une entente de plan d’implantation pour un lotissement situé dans la municipalité. La réunion s’est tenue à huis clos en vertu de l’exception des litiges actuels ou éventuels. L’entente relative au plan d’implantation avait fait l’objet de plaintes de la part de résidents. À l’époque de la réunion, il n’y avait aucune menace concrète de litige ni aucun litige en cours quant à l’entente sur le plan d’implantation. La discussion du conseil s’est concentrée sur des questions qui pouvaient théoriquement mener à un litige, selon la façon de procéder du conseil. La nature de la question et le ton des communications entre la municipalité, les résidents et le promoteur étaient empreints de controverse. L’Ombudsman a conclu que la discussion ne relevait pas de l’exception des litiges actuels ou éventuels car la possibilité d'un litige, ou de toute autre mesure d’action en justice, n’allait pas au-delà de la simple présomption.

Ville de South Bruce Peninsula

octobre 06, 201506 octobre 2015

L’Ombudsman a examiné une réunion à huis clos tenue par le conseil de la Ville de South Bruce Peninsula pour discuter d’un contrat concernant l’aéroport international de Wiarton Keppel. La réunion s’est tenue à huis clos en vertu de l’exception des litiges actuels ou éventuels. Le conseil a discuté de la vente éventuelle de l’aéroport et d’un contrat pour l’enlèvement des réservoirs de carburant de l’aéroport. L’Ombudsman a conclu que le conseil n’avait discuté d’aucun litige en cours, ni même envisagé le moindre litige relativement au contrat. La probabilité d’un litige n’était que présomption. Par conséquent, la discussion du conseil ne relevait pas de l’exception des litiges actuels ou éventuels.

Canton de Tiny

février 01, 201301 février 2013

L’Ombudsman a examiné une réunion à huis clos tenue par le conseil du Canton de Tiny en s’appuyant sur l’exception des litiges actuels ou éventuels pour discuter de modifications possibles au règlement de zonage. Au cours de sa discussion, le conseil a mentionné la possibilité de futurs litiges résultant des modifications proposées. À l’époque de la réunion, aucun litige n’était en cours, et il n’existait aucune menace de litige. L’Ombudsman a conclu que la discussion ne relevait pas de l’exception des litiges actuels ou éventuels, et ne reposait que sur une simple présomption.

Cantons unis de Head, Clara et Maria

septembre 07, 201207 septembre 2012

L’Ombudsman a examiné une réunion à huis clos tenue par le conseil des Cantons unis de Head, Clara et Maria pour discuter d'une plainte relative au code de conduite déposée par un membre du public contre un membre du conseil. La réunion s’est déroulée à huis clos en vertu de l’exception des litiges actuels ou éventuels. L'Ombudsman a conclu qu'il n'y avait aucune preuve attestant d’une procédure judiciaire en cours ou à venir relativement à cette plainte. La simple présomption d'un futur litige ne suffit pas pour justifier l'application de l'exception des litiges actuels ou éventuels à ce cas.

Ville d'Amherstburg

mars 17, 201117 mars 2011

L’Ombudsman a examiné une réunion à huis clos tenue par le conseil de la Ville d’Amherstburg en s’appuyant sur l’exception des litiges actuels ou éventuels pour discuter de l’appellation d’un complexe récréatif situé dans la municipalité. La municipalité croyait que les droits d’appellation du complexe pouvaient donner lieu à des poursuites judiciaires. Toutefois, à l’époque de la réunion, il n’y avait aucune preuve concrète attestant d’une procédure judiciaire en cours ou à venir relativement à cette question. L’Ombudsman a conclu que la discussion ne relevait pas de l’exception des litiges actuels ou éventuels car il n’y avait pas de probabilité raisonnable de litige, et toute discussion sur un litige éventuel tenait d’une simple présomption.

Ville de Kearney

janvier 17, 201117 janvier 2011

L’Ombudsman a examiné une réunion à huis clos tenue par le conseil de la Ville de Kearney en s’appuyant sur l’exception des litiges actuels ou éventuels pour discuter d’une demande de rezonage. Comme pour toute question de rezonage, il était possible que la décision du conseil dans ce cas fasse l’objet d’un appel. Toutefois, la possibilité d’un appel ne suffit pas pour invoquer un litige éventuel. L’Ombudsman a conclu que le conseil n’avait pas la certitude requise pour que l'éventualité d’un litige devienne une probabilité raisonnable de litige. Par conséquent, la question ne relevait pas de l’exception des litiges actuels ou éventuels.