Pas de temps à perdre

Pas de temps à perdre

juillet 28, 2015

28 juillet, 2015

À la suite d’une coloscopie, un détenu a été avisé qu’il était probablement atteint d’un cancer du côlon et qu’il devrait immédiatement subir une opération chirurgicale – en l’espace d’une semaine.

À la suite d’une coloscopie, un détenu a été avisé qu’il était probablement atteint d’un cancer du côlon et qu’il devrait immédiatement subir une opération chirurgicale – en l’espace d’une semaine. Cependant, le médecin du pénitencier lui a dit que l’établissement n’avait reçu aucun document du spécialiste et qu’il faudrait attendre jusqu’à quatre semaines ne serait-ce que pour obtenir un rendez-vous chirurgical. Déjà, la coloscopie du détenu avait été retardée d’un mois car le personnel carcéral ne l’avait pas préparé correctement à cette procédure pour son premier rendez-vous.

Quand le personnel du Bureau de l’Ombudsman a communiqué avec l’établissement, celui-ci a confirmé que la coloscopie du prisonnier avait été retardée en raison d’erreurs du personnel. Le gestionnaire a obtenu un rendez-vous de suivi chez le spécialiste, et le diagnostic de cancer ayant été confirmé, une opération chirurgicale a été prévue au plus vite.

Après l’intervention chirurgicale, le détenu nous a fait savoir que le chirurgien avait dit qu’il avait « éliminé tout le cancer ». Il a remercié le personnel du Bureau de l’Ombudsman de lui être venu en aide durant une période d’anxiété extrême. Il a fini de purger sa peine quelques mois plus tard et il est alors rentré – sans cancer – retrouver sa femme et ses enfants.