Brutalisée et déconcertée

Brutalisée et déconcertée

juillet 28, 2015

28 juillet, 2015

Une mère nous a appelés, complètement frustrée de ne pas parvenir à obtenir de l’aide pour sa fille âgée de neuf ans, qui avait été gravement brutalisée et blessée à l’école, et qui avait des pensées d’automutilation.

Une mère nous a appelés, complètement frustrée de ne pas parvenir à obtenir de l’aide pour sa fille âgée de neuf ans, qui avait été gravement brutalisée et blessée à l’école, et qui avait des pensées d’automutilation.

Cette femme avait tenté à plusieurs reprises d’emmener sa fille dans un hôpital, mais cet établissement lui avait systématiquement recommandé de s’adresser à un organisme local de services communautaires. Cet organisme avait déclaré que le cas n’était pas urgent et avait inscrit la fillette sur une liste d’attente pour ses services de counseling. Les employés de l’organisme avaient dit qu’ils manquaient de personnel et qu’ils étaient submergés de demandes. Entre-temps, la fillette avait dû faire ses études à domicile pendant toute une année.

Le personnel du Bureau de l’Ombudsman a signalé ce dossier au superviseur de programme au ministère des Services à l’enfance et à la jeunesse. Celui-ci a immédiatement communiqué avec l’organisme local de services communautaires. La fillette a obtenu d’urgence des soins de thérapie et a été orientée vers un programme de jour pour des services de relève. De plus, l’hôpital a présenté ses excuses à la famille. La mère a dit à notre Bureau qu’elle était déconcertée et ne comprenait pas pourquoi personne n’avait pu l’aider auparavant. Elle a remercié l’Ombudsman d’avoir fait avancer les choses.