L’Ombudsman enquêtera sur les traumatismes de stress opérationnel à l’OPP

L’Ombudsman enquêtera sur les traumatismes de stress opérationnel à l’OPP

mars 31, 2011

31 mars, 2011

TORONTO (31 mars 2011) – L’Ombudsman de l’Ontario, André Marin, a annoncé aujourd’hui qu’il lance une enquête sur la manière dont la Police provinciale de l’Ontario (OPP) traite administrativement les traumatismes de stress opérationnel (TSO) chez ses membres.

TORONTO (31 mars 2011) – L’Ombudsman de l’Ontario, André Marin, a annoncé aujourd’hui qu’il lance une enquête sur la manière dont la Police provinciale de l’Ontario (OPP) traite administrativement les traumatismes de stress opérationnel (TSO) chez ses membres. Il fera aussi enquête sur les processus administratifs du ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels relativement au TSO dans les services de police partout en Ontario.

Le terme TSO sert à décrire toute difficulté psychologique persistante – dont la dépression, l’anxiété, les accoutumances et le stress post-traumatique – éprouvée par le personnel de police par suite d’activités opérationnelles.

Le Bureau de l’Ombudsman a reçu plus de 30 plaintes de policiers en service actif ou à la retraite qui ont dit leurs inquiétudes quant au manque de compréhension et de sensibilisation de la police provinciale face au TSO et qui ont allégué que les victimes étaient souvent ostracisées et stigmatisées.

« Nous avons entendu dire par des policiers actuellement ou précédemment en service que l’attitude envers les membres de la police qui souffraient de ces maux avait tendance à être : ‘Boucle-la et continue’ », a dit M. Marin. « Après avoir soigneusement considéré la question, j’ai déterminé qu’une enquête systémique s’imposait pour examiner non seulement les services et le soutien assurés à ces policiers, mais aussi la culture de l’OPP face aux traumatismes de stress opérationnel. »

L’Ombudsman a ajouté que son Bureau avait reçu des plaintes similaires de policiers municipaux et des membres de leur famille. « Bien que nous n’ayons pas droit de regard sur ces services de police, nous ferons enquête pour déterminer ce que le Ministère fait à cet égard, le cas échéant, pour les policiers dans la province. »

L’enquête, menée par l’Équipe d’intervention spéciale de l’Ombudsman (EISO), étudiera entre autres le soutien, les services, l’éducation et la formation que l’OPP offre à ses membres à propos du TSO.

Quiconque a des renseignements pertinents à ce sujet est invité à appeler le 1-800-263-1830 durant les heures de service ou à remplir un formulaire de plainte confidentiel en ligne à www.ombudsman.on.ca.

 

-30-

 

Also available in English

 

Pour plus de renseignements, communiquez avec :

Linda Williamson
Directrice des communications
Tél. : 416-586-3426
lwilliamson@ombudsman.on.ca

Elena Yunusov
Agente de communications
Tél. : 416-586-3521
eyunusov@ombudsman.on.ca

Patricia Tomasi
Agente de communications
Tél. : 416-586-3402
ptomasi@ombudsman.on.ca